samedi 3 mars 2018

L'équilibre mental (FAQ)

1) L'équilibre mental, c'est quoi au juste ?
La question est très interessante car je pense qu'il faut bannir le terme de "personne normale" dans le langage courant. L'équilibre mental est beaucoup plus imagé et plus précis à la fois. Suis-Je une personne équilibrée ?  L'équilibre mental c'est le fait de se sentir à l'aise à l'intérieur de soi et avec les autres, en même temps le fait que les autres se sentent bien avec vous. Lorsque vous êtes en situation d'équilibre intérieur vous vous sentez créatif, satisfait de vos idées et capable de traiter les différents problèmes de la vie à votre avantage et à celui des autres. Généralement, votre confiance en vous est bonne et simultanément vos proches vous font confiance et vous témoignent en retour leur amitié ou leur amour.

2) Et le contraire, comment pourrait-on le qualifier ?

Le déséquilibre mental et une situation psychologique profondément malheureuse car vous sentez plus ou moins que vos pensées sont bizarres, certaines pouvant même vous effrayer parfois, ce que vous êtes obligés de cacher. La vie avec les autres est compliquée car, bien souvent, ils vous paraissent des ennemis bien déterminés à vous blesser en vous humiliant et en étant prêts à vous abandonner bientôt. Donc vous vous méfiez, parfois de tous, et vous vous vengez sur une personne sensible ou sur des enfants. Vos relations sont remplies d'altercations ou de bouderies durables. Vous ne savez plus si vos objectifs à court , moyen, ou long terme sont valables ou bien vous n'en avez plus du tout, sinon de régler vos comptes avec votre entourage qui vous blesse. Il vous reste à plonger dans vos pensées noires en boucles et à agresser ceux ou celles qui voudraient vous en tirer.

3) Comment savoir si nous nous portons bien d'un point de vue psychologique ? émotif ? affectif ?

Si vous répondez "oui" aux quelques questions ci-dessous alors vous êtes très probablement quelqu'un en bonne santé psychologique : Votre sommeil vous paraît-il de bonne qualité ? Sa durée est-t-elle satisfaisante ? Sommeil exempt de cauchemars et de réveils intempestifs ? Êtes-vous capable de vous réveiller facilement et êtes-vous optimiste au réveil ? Avez vous de la souplesse pour adapter votre rythme à celui de votre conjoint ou aux exigences de la vie ? Êtes-vous capable de réaliser les tâches domestiques et les tâches qui vous incombent à votre travail ? Mangez-vous sans trouble du comportement alimentaire (trop ou vraiment mal, ou pas assez ou irrégulièrement) ? Vos émotions positives sont-elles au rendez-vous plusieurs fois par jour ? (Rires, mots  tendres, câlins, communication profonde, joie, ...). Vous sentez-vous aimé ? Êtes-vous capable d'aimer en laissant respirer l'être aimé ou en le respectant profondément ?  Vous sentez-vous apprécié(e) ? Êtes-vous heureux de votre vie ? Êtes-vous heureux et rendez-vous l'autre heureux sur le plan sexuel ?

4) Existe-t-il des questions "pratiques" pour répondre à ces interrogations ?

Pour répondre aux questions ci-dessus vous pouvez en faire une checklist et y répondre vous même par écrit et la proposer à plusieurs de vos proches (conjoint, frères, soeur, cousins, amis, enfants,  ...) pour y répondre de leur côté. Vous faites précéder chaque question par "À ton avis, si tu as des observations qui permettent d'y répondre, suis-je une personne qui... ". (Par ex. Suis-je une personne qui mange de façon équilibrée ? Suis-je une personne qui est aimée ? ).  Engagez-vous à tout accueillir sans remarque, sans critique, sous jugement en retour. Allez voir un psychologue, faites lui part de vos observations.

5) Au Maroc, on nous parle beaucoup de schizophrénie chez le citoyen lambda ... tiraillé entre ce qu'il doit être et ce qu'il veut être ... Qu'en pensez-vous ?

Il faut essayer de comprendre cette assertion de schizophrénie sur un mot en usage populaire ce qui est différent du mot médical et scientifique. De façon populaire le mot schizophrénie évoque simplement le dualisme du Moi, ou "le Moi divisé". Cela signifie un trouble de la personnalité où celle-ci est composée principalement de deux entités dans lesquelles chacune ignore l'autre ou semble l'avoir complètement oubliée. Il se trouve que le Maroc d'un point de vue sociologique, souffre d'être conditionné par deux  cultures en opposition qui sont la culture traditionnelle, familiste et groupale, héritée des ancêtres et qui est très prégnante, et d'un autre côté une deuxième couche culturelle adaptée à la vie moderne et individuelle, héritée de l'ére des lumières et donc scientifique et humaniste. Parfois une personne présente une facette moderne puis revèle ailleurs ou à un autre moment, une facette traditionnelle en pleine opposition. Les deux entités ou facettes semblent fonctionner en parallèle de façon fréquente et donne alors cette impression de schizophrénie.

6) Comment arrive-t-on justement à basculer dans une fragilité mentale ?

La fragilité mentale et une disposition acquise de longue date. Le respect de l'enfant et la satisfaction de ses besoins (par ex. De sécurité, de reconnaissance, d'amour, de continuité, d'absence d'abus et de chocs) ne sont hélas, pas souvent au rendez-vous de la vie. En effet, c'est le vécu de l'enfance, vécu qui peut être complètement oublié, qui génère - parfois ou souvent - une structure fragile de la personnalité. Cette fragilité peut être masquée et peut demeurer cachée tel un sous-marin qui  refait surface plus tard dans la vie à l'occasion de grands événements. (Par ex. L'adolescence, l'entrée dans la vie adulte, le choix professionnel, l'amour, la séparation, le choix d'un partenaire, la naissance d'enfant, le décès d'un proche,  ...).

7) Quelles solutions concrètes  pour revenir  à une réalité plus sereine ?

Avant les solutions pour parvenir à une réalité plus sereine, il y a une condition qui est d'être conscient de ses propres troubles. Le sagesse bouddhique y ajoute le fait de ne pas être associé à des personnes déséquilibrées. Les personnes que la psychologie désigne de  psychotiques (non conscience d'être hors de la réalité que les autres pzrtagent) ont un fort impact nocif sur les autres et n'en n'ont aucune connaissance, persuadées que "ce sont les autres qui ont un problème et non pas elles". On peut, par ailleurs, être psychotique dans sa structure et paraître longtemps une personne "normale" (adaptation relative au travail), les troubles pouvant se manifester de façon claire (principalement en famille) qu'après des expériences de fragilisation (Par ex. Usage de drogue, conflit de couple, rupture affective, perte de travail, deuil, ...). Si donc, par aventure, je me trouve être conscient de ce que je suis, de mes dysfonctionnements, il me faut aussi parcourir un chemin qui m'amène vers une réalité plus sereine. La question est amusante car elle comporte le mot "réalité". Effectivement, je serais tenté de dire que la personne plus sereine est une personne plus réaliste, qui s'évalue elle-même comme un élément de cette réalité, comme élément subjectif acceptant et partageant la subjectivité des autres. Cela implique la pensée ouverte, sans préjugé quant aux intentions de l'autre (absence de croyances), une estime de soi plutôt élevée afin de ne pas se sentir mis en difficulté par les émotions et comportements des autres et par conséquent une parole libre, mesurée, sincère et non blessante ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire