vendredi 24 mars 2017

Voyage en enfance


Un thérapeute, outre ses qualités culturelles et psychologiques, doit comprendre exactement de quoi et comment souffre une personne, et se constituer une représentation valide du processus de sortie de crise de celle-ci et de réalisation de ses attentes dans la vie.

Dans la pratique de la psychothérapie, le thérapeute permet au demandeur (client, patient, consultant, analysant, ...) de décontaminer ses pensées par rapport à ses préjugés et croyances acquises dans l'enfance qui génèrent à son insu des tourbillons émotionnels qui s'imposent à une conduite de vie adaptée à ses besoins et objectifs.

Nous devrions tous apprendre, sans cesse, que ce ne sont pas les événements, ni les interactions avec les autres, qui déterminent nos réactions mais bien nos seules croyances. Croyances qui nous font accroire que ceci (événement gestuel ou verbal en communication ou comportement social) est bien ou mal, que ceci est bon ou mauvais, ou que ceci est une bonne ou une mauvaise parole...

Notre pensée est donc parfois fortement occupée par des boucles de pensées négatives, compliquées, inexprimables et qui déterminent entièrement nos réactions émotionnelles et comportementales - automatiques et instantanées - et qui tout en même temps garantit "la fausse certitude" que tout cela est imputable à un autre ou à des autres sur l'instant et qui se met en travers de nos désirs.

Nos croyances (et donc tout à la fois nos certitudes et nos réactions émotionnelles) nous viennent d'un autre monde, un monde oublié et dans lequel nous avons été comme programmés à notre insu. En effet, nous avons bel et bien été "programmés" par notre culture de base - celle de notre milieu familial - diffusée par nos parents, nos éducateurs et par toutes les personnes (proches ou non) qui nous ont laissé des bonnes ou des mauvaises traces dynamiques par leurs attitudes et leurs comportements à notre égard.

Tout ce qui était de trop dans notre petite enfance et notre enfance comme gestes, paroles, enseignements et qui était non souhaitable car choquant, abusif ou gravement manquant et privatif de la part des gens qui devaient prendre soin de nous - ou au contraire n'ont pas pris soin de nous tandis qu'ils le devaient - a inscrit des programmes aliénants de phobie (crainte, méfiance, fuite, malaise) ou de compulsion (pensées noires et obsédantes ou actes irrepressibles souvent couverts de peur ou de honte).

Pour se défaire de ces "automatismes programmés" qui affectent sérieusement notre raisonnement à notre insu et déclenchent automatiquement nos émotions et comportements inappropriés, nous devons "mettre de l'ordre dans notre maison". Cela inclut un "voyage dans l'autre monde", monde presque oublié qui est à la base de nos programmes de vie. C'est ce voyage - accompagné - dans cet autre monde, celui de notre petite enfance, qui fait l'objet de la thérapie brève et profonde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire